L'Association  

ESPACE

 

MEMOIRE

 

 

7 rue du Docteur Viville    57300 HAGONDANGE

                                                                     Retour accueil

  

 L’Espace-Mémoire à Hagondange

 

   

 

 

            A Hagondange, depuis 1997, un « Espace-Mémoire » est consacré à l’histoire du département de la Moselle pendant la Seconde Guerre mondiale. Son existence est justifiée par ses concepteurs par le singularisme de l’histoire particulière de ce territoire de l’entre-deux. Pourquoi ? Comment est née cette initiative conjointe d’une association et d’une municipalité ? Que trouve-t-on dans cet Espace ? Quel est son avenir ? C’est à ces questions que je vais tenter de répondre le plus objectivement possible, sachant que mon implication dans ce projet ne me confère pas la distanciation nécessaire.

1-    Une Histoire particulière à expliquer

 

            Depuis les débuts de l’association qui en est à l’initiative, les créateurs du site de l’Espace-Mémoire ont toujours motivé leurs actions par le désir de vulgariser pour un large public l’histoire particulière de la Moselle annexée et des drames inhérents. En quoi cette histoire est-elle si particulière ?

            Après la défaite contre l’Allemagne, alors que le reste de la France continue à être administré par l’autorité française, même en zone occupée, conformément à l’armistice du 22 juin 1940, les vainqueurs annexent de fait au Reich ce qu’ils considèrent comme leurs Verloren, leurs provinces perdues. La Moselle redevient allemande après l’avoir été de 1871 à 1918.

            Très rapidement, des mesures sont prises concernant la « défrancisation ». L’autorité de l’Etat français y est gommée. Le 6 juillet 1940, des bataillons de policiers en uniforme prennent position le long de l’ancienne frontière de 1871. A partir du 2 août 1940, un Chef der Zivilverwaltung, chef de l’administration civile, en l’occurrence Joseph Bürckel, légifère par ordonnances et règlements publiés dans les Verordnungsblatt, lui conférant une relative autonomie après que le Führer lui ait tracé sa ligne de conduite générale. Le Chef der Zivilverwaltung nomme à la tête de l’arrondissement, un Landrat, un responsable administratif ; à la tête d’un regroupement de communes pour une zone urbaine, un Stadtkommissar, puis un Bürgermeister ou Oberbürgermeister et, pour une commune rurale, un Bauernführer[1]. Progressivement, le système judiciaire allemand est introduit. Les prisonniers de guerre mosellans sont libérés au titre de leur « deutschstämmig », leur appartenance à la souche allemande. L’administration civile se double d’une administration politique. Le 18 octobre 1940, le Reichsgau Westmark (Marches de l’Ouest) regroupant la Moselle, la Sarre et le Palatinat avec pour capitale Neustadt-an-der-Weinstrasse (Palatinat) est créé. A chaque échelon apparaît un Leiter, un responsable chargé de surveiller la population : Kreisleiter pour l’arrondissement, Ortsgruppenleiter pour la commune, Zellenleiter pour un quartier et Blockleiter pour quelques maisons. Pour les autochtones considérés comme Volksdeutsche, membres de la communauté, les Allemands créent en août 1940 une organisation spécifique calquée sur le parti nazi : la Deutschen Volksgemeinschaft (DVG).

            Cette annexion de fait s’accompagne d’une germanisation systématique, rapide et brutale. En effet, le 25 septembre 1940, Bürckel reçoit l’ordre de Hitler de germaniser en une dizaine d’années la province retrouvée. La langue française y est proscrite. A l’école élémentaire, à la rentrée d’octobre 1940, les livres en français ont disparu et sont remplacés par des livres et des revues pédagogiques[2] en allemand élaborés spécifiquement pour les jeunes Mosellans. Confronté au problème de la langue, Bürckel institue le 24 avril 1941 des cours du soir d’allemand, obligatoires pour les jeunes de 14 à 21 ans qui ne sont allés qu’à l’école française. Les noms de communes[3], de rues[4], d’enseignes de magasins, les prénoms voire les patronymes, la presse limitée et contrôlée politiquement[5] sont germanisés. Les monuments à la gloire des héros français sont déboulonnés ou dénaturés[6]. Le béret basque, symbole français pour les Allemands, est interdit. Les fonctionnaires, en particulier les enseignants, mais aussi les postiers et les cheminots, doivent faire des stages en centres de rééducation en Allemagne, les Umschulung.

            Bürckel va s’attacher à épurer la Moselle de ce qu’il considère comme des indésirables : les juifs, les Français de l’intérieur, les francophiles, les anciens combattants de l’Espagne rouge, les romanichels, les personnes de race étrangère, les condamnés de droit commun, les éléments antisociaux[7] Puis, sous couvert de régler définitivement la situation du point de vue linguistique, Bürckel envisage de coloniser la Moselle par des Sarrois et des Palatins et au préalable d’expulser en novembre 1940 les populations des zones francophones et rurales. Environ 57 000 Mosellans sont concernés, soit 8,35% de la population de 1936, essentiellement des arrondissements de Metz-campagne et de Château-Salins. Enfin, Bürckel permet aux Mosellans se reconnaissant Français de déposer une demande d’émigration. Au printemps 1941, 6 700 Mosellans optent ainsi pour la France. Au final, l’épuration en Moselle aboutit à 95 000 expulsions, soit 14,2% de la population de 1936. Si l’on ajoute les évacués et réfugiés de 1939-1940 non rentrés, on peut considérer qu’environ 25% de la population mosellane a vécu la guerre en France. A l’inverse, environ 8 000 Mosellans sont déplacés en janvier 1943 dans des camps spéciaux « pour la consolidation de la race » dans les Sudètes (Tchécoslovaquie) et en Silésie (Pologne). Pour réprimer les familles de réfractaires au Reichsarbeitsdienst, au service du travail du Reich, une telle opération vers la Sarre avait déjà touché environ 1 500 Mosellans.

            Après la dénaturalisation du pays et de la population, les Allemands imposent à la Moselle annexée les organisations du parti nazi. A tous les niveaux de la société, adhérer à une organisation national-socialiste devient obligatoire : les ouvriers au Deutsche Arbeitsfront (DAF), les enseignants à la NS Lehrerbund,… Le Sturmabteilung (SA), la Allgemeine SS, la Nazionalsozialistisches Kraftfahrtkorps (NSKK), formation motorisée du parti ou le Nazionalsozialistisches Fliegerkorps (NSFK), formation à voile du parti, créent leurs sections en Moselle. La Hitlerjugend, la jeunesse hitlérienne, pour les jeunes de 10 à 18 ans, est introduite en septembre 1940. Y adhérer devient obligatoire en janvier 1942.

            En août 1942, l’introduction du service militaire et l’octroi de la nationalité allemande finalisent aux yeux des idéologues nazis l’intégration de la Moselle à l’Allemagne nazie. Bürckel déclare le 29 août 1942 à l’Hôtel des Mines à Metz : «… Le moment est venu pour la jeunesse lorraine de se lever aux côtés du soldat allemand, son frère…[8] » Trente mille Mosellans des classes 1914 à 1928 sont mobilisés dans la Wehrmacht et la Waffen SS. Près de 7 000 d’entre-eux tombent sous l’uniforme feldgrau essentiellement sur le front de l’Est. La répression y est féroce : 7 700 Mosellans sont arrêtés, puis internés ou déportés.

            Cette Histoire est donc bien spécifique à un territoire de l’entre-deux et originale par rapport à l’Histoire nationale. La Moselle la partage dans ses grandes lignes avec sa voisine, l’Alsace, même si la politique du Gauleiter Wagner est quelque peu différente[9]. Cette Histoire non partagée avec le reste du territoire français induit une mémoire spécifique, qui, longtemps, est restée muette et sans lieu pour y être évoquée.

 

2-    Une mémoire sans sanctuaire

            Encore longtemps après la Libération, la Moselle a peu cherché à évoquer son Histoire d’annexée, restant le plus souvent dans l’ombre de l’Alsace qui, elle, s’est soudée dans la défense de ses incorporés de force, surtout  à partir du procès de Bordeaux en 1953. Jusque dans les années 1980, on trouve peu d’écrits sur la Moselle annexée : quelques témoignages, et surtout le livre Vautours sur la Lorraine[10] et les brochures de l’abbé Goldschmitt[11]. Depuis les années 80, des collecteurs de témoins et des témoins ont multiplié les ouvrages consacrés à la Moselle en 1939-1945. Peu d’historiens[12]! A la faculté de Metz, les travaux consacrés à l’annexion sont rares[13]. Un silence encouragé par la diversité des situations et à une certaine méfiance, à la peur de l’incompréhension de l’autre qui ne partage pas les mêmes souvenirs.

En effet, en Moselle, il n’y a pas une unité mémorielle mais bien une hétérogénéité, une balkanisation des mémoires qui a longtemps divisé. La difficulté de la construction mémorielle qui normalement « cherche à préserver une identité et à légitimer une action passée[14] » est consécutive notamment à la politique d’épuration de Bürckel. Il n’y a pas une mémoire mosellane, une « unité significative d’ordre matériel ou idéel dont la volonté des hommes ou le travail du temps a fait un élément symbolique d’une quelconque communauté[15]. » En 1945, chacun ramène avec lui ses souvenirs difficiles à partager.          «… Qu’ils soient des expulsés ou des transplantés, qu’ils soient des patriotes dénoncés ou des travailleurs réquisitionnés, la réadaptation était moralement facile. Ils rejoignaient la Moselle en héros[16]Ces expulsés et réfugiés, dans leur ensemble, reviennent souvent avec le sceau autoproclamé de « bon Français », reprochant à ceux qui sont restés notamment d’avoir porté les bottes. Dans son bulletin de décembre 1946, l’association des malgré-nous indique que « chaque revenant qui promène son crâne tondu à travers le village paternel rouvre des blessures qui ne peuvent cicatriser[17]. » La mémoire est plurielle selon que le Mosellan était ou non en terre annexée pendant la guerre. « Restés, revenus ; hier des frères ; aujourd’hui souvent dressés l’un contre l’autre » écrit l’éditorialiste René Ferry dans L’Est Républicain[18]. De réelles dissensions se sont établies entre les « restés » et les « partis ». Jacques Gandebeuf rapporte que selon les témoignages qu’il a recueillis, « les retrouvailles furent difficiles quand chacun regagna sa maison détruite. Le souvenir du fameux choix flottait dans les mémoires et freinait les effusions[19]. » Plus du quart des Mosellans ont vécu leur guerre hors du département et beaucoup se sont autoproclamés meilleurs patriotes que les restés. Par exemple les malgré-nous mosellans, minoritaires, se heurtent souvent à l’incompréhension de leurs propres compatriotes qui n’ont pas été confrontés à ce terrible dilemme : porter ou non l’uniforme feldgrau. « Dans l’euphorie vengeresse de la Libération… on voulait bien comprendre les malgré-nous, mais à condition qu’ils gardent un profil bas », estime Jacques Gandebeuf [20]. Un long silence s’est donc imposé[21]. Jacques Gandebeuf parle de « mémoire refoulée, un passé à compartiments, une sorte de blues des frontières, pour que chacun puisse garder sa vérité[22] ». Les titres de ses livres, « Le silence rompu » et « La parole retrouvée » sont évocateurs[23]. Il n’existe pas en Moselle une mémoire, mais des mémoires souvent cloisonnées, comme étanches les unes des autres, voire antagonistes. Difficile dans ces conditions d’élaborer une unité mémorielle entre Mosellans. Difficile alors d’avoir une volonté pour fixer une mémoire a priori non consensuelle. Cinquante ans après les faits, cette tension a fait capoter un projet de musée de la Moselle annexée au fort de Metz-Queuleu initié, en juin 1994, par l’Amicale 57 des Déportés et Internés Résistants et Politiques, car les anciens internés ne voulaient pas évoquer l’incorporation de force au premier étage de la casemate A.

Finalement, dans la France résistancialiste et manichéenne de l’après-guerre, comme partout en France, seule la mémoire sélective consacrée à la Résistance et à la Déportation trouve matière à entretenir une mémoire lissée. En 1978, la casemate A du fort de Metz-Queuleu[24], symbole de la répression nazie en Moselle, est rendue accessible au public, mais depuis, le musée prévu à l’étage ne voit pas le jour. Par ailleurs, à l’initiative de M. Michel, résistant, et avec l’aide de la municipalité de Thionville, un musée régional de la Résistance et de la Déportation s’installe au Centre Jacques Brel en 1985. Ce musée reste généraliste, empruntant ses exemples à l’Histoire nationale[25]. La situation particulière de la Moselle annexée n’y est quasiment pas évoquée. Le 17 novembre 1987, un musée de l’Histoire et de Tambow est inauguré à l’école du Parc à Amnéville. C’est en réalité plutôt une salle du souvenir qu’un musée. Enfin, en juin 1992, un espace souvenir des Alsaciens-Lorrains victimes des décrets d’août 1942 est inauguré au musée militaire place d’Armes à Phalsbourg.

            C’est dans ce contexte d’Histoire taboue et tue, de quasi-vide mémoriel que naît l’Ascomémo, l’Association pour la Conservation de la Mémoire de la Moselle en 1940-1945.

3- L’Association pour la Conservation de la Mémoire en 1939-1945

                En 1988, alors que je suis jeune instituteur, je m’adresse aux associations patriotiques pour rassembler de la documentation locale sur la Seconde Guerre mondiale à des fins pédagogiques. Je réalise alors que l’Histoire de la Moselle en 1939-1945 est taboue et qu’elle n’est pas la préoccupation des dites associations. Sur les conseils de Firmin Nicolas, président de l’Amicale des Anciens du fort de Queuleu, je décide de créer avec quelques amis une association pour « maintenir présent à l’esprit des concitoyens et surtout des jeunes générations le souvenir des sacrifices de la population mosellane de juin 1940 à mars 1945 » (article 3 des statuts). Le 18 février 1989, les statuts de l’Association pour la Conservation de la Mémoire de la Moselle en 1940-45 » (Ascomémo 40-45) sont déposés au registre des associations du tribunal d’instance de Metz et enregistrés le 21 mars 1989. L’assemblée générale extraordinaire du 29 mars 1998 étend la période à étudier de septembre 1939 à mai 1945 en indiquant que l’association « pourra ponctuellement proposer ses services et ses moyens pour l’évocation des périodes historiques antérieures notamment lors d’anniversaires et de commémorations». J’en suis donc le président-fondateur reconduit dans ses fonctions depuis. Aucun des membres créateurs de l’association n’a vécu physiquement la Seconde Guerre mondiale, la plupart étant nés 20 ans après la guerre. Cela constitue une des originalités de l’Ascomémo.

            Les premiers sièges de l’association sont domiciliés chez le président, d’abord à Metz, puis à Amnéville. En même temps, un local lui est prêté dans une cave d’un commerce à Hagondange-cité, puis dans les sous-sols d’une salle communale à Mondelange pour entreposer les objets et documents rassemblés. L’association cherche initialement à diffuser l’information sur cette période en montant des expositions avec ses moyens de bénévoles et d’association naissante, principalement dans l’Ouest mosellan, la première se tenant à Thionville, en novembre 1989, au musée régional de la Résistance et de la Déportation. Depuis, l’association a présenté plus de soixante expositions souvent monographiques, généralement en partenariat avec les sociétés d’histoire locale. En 1998, le secrétaire d’Etat aux Anciens combattants, Jean-Pierre Masseret, inaugure l’exposition de Hagondange consacré au « retour de la Moselle à la France en 1918-1919 ». L’association participe également à des expositions d’importance comme celle sur l’« Archéologie en Alsace-Moselle 1940-44 » visible aux musées de Strasbourg et Metz en 2000-2001. Elle devient partenaire des Archives départementales pour les projets « De gré ou de force » consacré aux expulsions et « Malgré-eux mosellans » en 2010 et 2012. Sa dernière exposition sur « La communauté juive mosellane dans la tourmente 1939-1945 » présentée initialement à Hagondange a été ensuite empruntée par les Archives départementales pour l’été 2014. Cet emprunt témoigne de l’évolution de la qualité du travail de l’association avec désormais un statut de quasi-professionnel.

            Depuis octobre 1990, l’association diffuse un journal trimestriel[26] de six pages, « Les Echos de notre Mémoire », qui, en plus d’informer ses membres sur ses activités, publie une feuille centrale consacrée à un sujet d’histoire sur la Moselle de 1918 à 1945. Depuis 1992, son président publie régulièrement des articles dans des revues d’histoire locale ainsi que des ouvrages, dix-sept à ce jour, certains dits « populaires » dans la collection « Mémoires en images » qui permettent de toucher des publics non initiés. D’autres sont devenus des ouvrages de référence[27]. La vente de ces publications et les droits d’auteur laissés intégralement à l’association permettent de réunir les financements nécessaires à l’achat de documents, livres, photos et objets. L’ascomémo consacre 82% de son budget à ces achats, l’essentiel des acquisitions s’effectuant ainsi. Son budget est complété par des subventions municipales, la cotisation de ses membres, la vente de documents hors sujets ou en double. Au départ, l’association ne disposait que d’un classeur de documents, de trois affiches et de quelques pièces militaria issus des collections personnelles du président. Désormais, à force de chiner sur les brocantes, les bourses aux vieux papiers ou militaria, de visiter les anciens, de tisser un réseau de « collecteurs », de chercher sur l’Internet, de susciter des dons par sa nouvelle visibilité, l’association dispose d’un patrimoine documentaire exceptionnel composé de centaines d’objets (mannequins de régiments français, tenues d’organisations nazies, tenues de déportés, objets germanisés et de la vie quotidienne, matériel scolaire, souvenirs d’expulsés, de PRO, de malgré-nous, de résistants, de déportés, …), de dizaines d’affiches, de milliers de journaux, de documents et de photos, d’une bibliothèque de plus de 3 000 ouvrages spécialisés et de recueils de témoignages.

            L’intérêt des collections réside en son unité géographique, la Moselle avec quelques élargissements vers l’Alsace, la Sarre et le Luxembourg, et chronologique, soit la période 1939-1945 avec une ouverture depuis 1871. Cette activité de fourmi a permis de sauver un patrimoine dispersé, inaccessible car familial, souvent destiné au pilon. Ainsi dans un même lieu est centralisée l’information, facilitant le travail de chercheurs. L’association est de plus en plus sollicitée par des documentaristes[28]. En 2008, la Bibliothèque nationale à Paris sollicite l’Ascomémo pour répertorier ses journaux pour son catalogue sur la presse mosellane d’avant 1945, y trouvant des titres non conservés par ailleurs.

            Ces différentes activités contribuent à asseoir une certaine notoriété à l’association. En 1998, l’Académie nationale de Metz lui attribue un prix d’Histoire. Depuis mars 2004, l’Ascomémo figure dans l’Annuaire des associations nationales de la citoyenneté combattante édité par l’ONAC à Paris. Elle est également membre du Comité d’Histoire Régional initié par le Conseil régional de la Lorraine. Depuis 2001, elle est impliquée dans les stages de formation civique, sanction éducative gérée par la Direction départementale de la protection judiciaire de la jeunesse, montrant ainsi que l’évocation des années noires participe également à l’éducation à la citoyenneté.

            En 2000, l’association crée un site internet[29] qui permet une plus grande visibilité nationale et même internationale. Aussi le nombre de ses membres n’a cessé d’augmenter, passant d’une dizaine à sa création pour se stabiliser depuis 2007 à 270[30] parmi lesquels des associations culturelles ou patriotiques[31] et des municipalités[32]. Une douzaine de membres actifs permettent le bon fonctionnement de l’association.

            Le président de l’association a souvent adopté une attitude critique médiatisée envers les décideurs. Impliquée dans le projet de sauvetage du fort de Metz-Queuleu, l’association n’a jamais cessé de dénoncer publiquement l’abandon de la casemate A par les collectivités territoriales. Participant à la commission scientifique pour la création du Mémorial d’Alsace-Moselle, elle s’est battue, en vain, pour que l’histoire de la Moselle reste dans son département d’origine et non dans celui du voisin même s’ils partagent une histoire similaire. Elle a encore manifesté ses doutes sur l’intérêt d’instituer une Journée de la Mémoire patriotique ou de matérialiser un « Mur des noms », projet, qui, finalement a été abandonné.

           

4-L’Espace-Mémoire à Hagondange

 

            En septembre 1997, la nouvelle municipalité de Hagondange dirigée par Jean-Claude Mahler crée l’Espace-Mémoire dans les sous-sols de l’école de la Ballastière. Il y réunit trois associations d’Histoire locale. L’Ascomémo dispose gratuitement d’une salle saine qui permet d’archiver correctement sa documentation et de la mettre à disposition de tous. Elle a désormais une visibilité et naturellement l’association installe son siège à Hagondange. Initialement, l’idée du maire est de permettre un stockage des collection, sans idée d’exposition. A cette époque, la création d’un mémorial de l’annexion est en gestation. L’association est d’ailleurs contactée par les concepteurs, qui auraient un temps voulu récupérer les collections de l’association. L’Ascomémo refuse d’expatrier son fonds hors du département. Le mémorial de l’Alsace-Moselle s’implante finalement en 2005 à Schirmeck.

            Face à l’évolution croissante des collections de l’Ascomémo et vu la qualité du travail fourni par l’association, la ville accepte de franchir un cap sans pour autant créer un musée, nécessitant d’autres obligations en terme de normes, d’équipements et de moyens humains. Elle permet toutefois à l’association de mettre en valeur ses collections et de créer une exposition permanente consacrée à la Moselle en 1939-1945. Pour ce faire, la ville agrandit l’Espace et le met aux normes pour permettre l’accueil de tous les publics. Ainsi depuis septembre 2006, l’Ascomémo dispose de plus de 200 m², agencés en deux salles et un grand couloir d’exposition, en une petite salle de projection et en une salle d’archives lui permettant d’accueillir les chercheurs[33], les scolaires[34] et les groupes constitués[35]. En 2011, une salle d’exposition temporaire commune aux trois associations lui est adjointe.

            C’est bien la rencontre d’un élu intéressé par la démarche et d’une association, l’Ascomémo, qui permet de créer ce lieu car rien ne prédestine cette ville de moins de 10 000 habitants à conserver cette mémoire de la Moselle annexée. Hagondange n’a pas de lieu témoin comme Metz, ou ne porte pas une histoire comme Charly-Oradour[36] ou Longeville-lès-Saint-Avold[37].

            L’exposition évolue depuis 2007 au gré des améliorations du site, de l’enrichissement des collections et de l’expérience acquise. Elle ne jouit pas de la validation scientifique d’un expert universitaire ou d’un muséographe. Elle est le fruit d’une réflexion personnelle, celle du président d’Ascomémo, plus que collective. Elle est animée par une équipe de bénévoles, passionnés d’Histoire, disponibles pour proposer des visites commentées d’au moins 1 h 30. L’Espace assez confiné ne permet pas la visite de groupes de plus de 25 personnes dans une même salle et lorsque ce nombre est dépassé, un dédoublement du groupe est proposé.

            L’exposition est construite chronologiquement, mêlant des espaces thématiques où des objets sont mis en situation à des vitrines, des affiches d’époque et des panneaux didactiques. La vidéo, généralement les actualités de la drôle de guerre en Moselle et les documentaires « Eloge d’une Résistance oubliée » ou « De gré ou de force » auxquels l’association a participé, est très peu utilisée, seulement lors des journées « portes ouvertes ». L’exposition s’est adaptée au mieux aux locaux qu’on lui a mis à disposition. Ils ne permettent pas de cloisonner des espaces. Ainsi, on trouve dans une même salle un espace français juste en amont de l’espace « germanisation », ou des tenues de formations nazies côtoyant  celles de déportés. Pour autant, la logique chronologique s’enchaîne de façon cohérente.

            Partant d’une évocation de la période 1871-1919, elle se poursuit par celle de la ligne Maginot, de l’évacuation de la zone rouge le 1er septembre 1939, de la mobilisation, de la drôle de guerre et des combats de la Trouée de la Sarre et du canal de la Marne au Rhin les 14 et 18 juin 1940. Cependant, la période d’annexion constitue l’essentiel du sujet. Ainsi, après avoir passé une guérite douanière reconstituée, une ambiance germanisée avec des panneaux routiers, des plaques de rue, des affiches en allemand est suggérée. Un « coin classe » avec du matériel pédagogique spécifiquement mosellan, un autre « coin magasin » avec des produits locaux comme un sachet papier d’un magasin marqué l’Adolf Hitler Strasse à Saargemünd (Sarreguemines) ou des paquets de cigarettes Lasso de la manufacture de tabac de Metz renforcent l’authenticité de la mise en scène. Puis les expulsions sont traitées avec l’exemple symbolique du village de Charly.

Un panneau avec les photos des victimes mosellanes interpelle et émeut. Suit la nazification avec sa doctrine antisémite et anti-slave et son florilège d’organisations visant à encadrer et endoctriner la population. Là encore des mannequins et des affiches forment l’essentiel de l’exposition. Puis vient le tournant d’août 1942 avec les décrets sur l’octroi de la nationalité allemande aux Mosellans et l’incorporation de force dans la Wehrmacht. La pelle du RAD, la tenue de camouflage neige pour le front russe ou les bottes en paille pour la garde dans le froid soviétique sont autant d’objets qui rappellent les réalités du moment. L’internement à Tambow est abondamment illustré grâce aux dons d’objets usuels ramenés par les malgré-nous du camp 188 rassemblés précédemment par la Fédération des Anciens de Tambow à Mulhouse. Des dessins de l’artiste mosellan, Albert Thiam, complètent cette évocation. La Résistance avec une valise-radio et une imprimerie clandestine, les transplantations dans les Sudètes ou en Silésie et la déportation avec des tenues rayées sont aussi présentées dans cette deuxième salle.

Enfin, les combats de la Libération sont représentés avec du matériel américain mis en scène. L’exposition se termine par les retours des Mosellans expatriés et la refrancisation.

            L’exposition reste classique, s’appuyant essentiellement sur la présentation d’objets ou de documents originaux à la différence de ce que l’on peut voir à Schirmeck. Ils ne sont pas toujours mis en sécurité, notamment les mannequins et le petit matériel environnant. L’association n’a pas les moyens de financer des vitrines appropriées. Elles sont issues de liquidation de magasins sont souvent inadaptées, trop petites, mal éclairées. De plus la superficie du lieu ne permet pas de les démultiplier et, en conséquence, elles sont souvent chargées, tellement les collections sont importantes. Par rapport à la muséographie moderne qui donne la part belle à la vidéo ou à l’interactivité, cette présentation peut paraître obsolète, voire poussiéreuse. Elle a cependant le mérite de s’appuyer sur des collections importantes et originales et ainsi de permettre de sauver des objets, souvent non collectionnés par ailleurs, qui donnent une bonne idée de la réalité de la vie quotidienne des années de guerre sur un territoire de l’entre-deux annexé par l’Allemagne nazie.

            En complément de cette exposition permanente, un espace « bibliothèque – centre de documentations » permet aux chercheurs d’avoir accès aux livres, journaux, documents et photos réunis par l’association. Le fonds documentaire est exceptionnel, notamment grâce à l’Internet qui a permis de glaner des éléments dans toute la France et à l’étranger, principalement en Allemagne et aux Etats-Unis. Les Archives départementales de la Moselle ont bien compris qu’il constitue une source importante et disponible. L’association a été un recours précieux pour leurs expositions annuelles sur des problématiques mosellanes pendant la guerre. Les livres peuvent être empruntés, le reste des collections ne sort pas de l’Espace mais peut être copié. Il faut cependant s’acquitter du règlement d’une cotisation annuelle. Les documents issus d’archives privées ou d’associations patriotiques[38] sont classés par thèmes ou par communes. L’outil informatique répertoriant les livres ou les documents conservés est en cours d’élaboration et devrait permettre d’ici peu une consultation encore plus performante.

            L’Espace-Mémoire figure dans un guide touristique financé par le Conseil régional, dans un autre publié récemment par le Conseil général de la Moselle sur les sites de tourisme de Mémoire, dans le supplément touristique du journal Républicain Lorrain, sur le site de l’Education nationale… Il jouit d’un bon suivi de la presse locale, ainsi que des radios et des chaînes de télévision locales ou régionales. Le bouche à oreille demeure le vecteur promotionnel le plus efficace. Mais, beaucoup lui reprochent encore son manque de visibilité, notamment dans Hagondange même puisqu’aucun panneau signalétique ne l’indique. Cela n’empêche pas certains de venir de loin[39] pour visiter l’Espace-Mémoire qui a également bénéficié de visites prestigieuses[40].

            L’Espace-Mémoire est ouvert au public tous les mercredis matin sans rendez-vous et bientôt ce même jour de 17 à 19 h. Cette ouverture restrictive qui rend parfois difficile l’accès à son fonds documentaire est une limite liée à l’activité bénévole. Il est cependant ouvert à la demande, selon les disponibilités des membres, pour les groupes, et notamment pour les scolaires ou les chercheurs. La visite est gratuite. Trois journées portes-ouvertes[41] complètent ce dispositif. L’Espace-Mémoire est devenu en un quart de siècle quasi indispensable dès qu’on veut évoquer la Moselle annexée en 1940-1945. Avec le renouvellement des générations, la période est propice au sauvetage d’archives familiales et l’association devrait encore acquérir de nombreux documents.

            Le problème de la pérennité de cet Espace se pose. Il est dépendant du bon vouloir d’une municipalité qui, pour l’instant, demeure son meilleur soutien. Par ailleurs, les bénévoles sont vieillissants, certains membres actifs étant déjà décédés. Quasiment aucun jeune ne s’investit dans ce projet. Heureusement, un renouvellement s’opère avec de « jeunes » retraités. L’Espace vivra tant que l’Ascomémo existera. Si l’Ascomémo venait à disparaître, que deviendraient les collections ? L’expérience d’autres musées associatifs ou municipaux qui ont disparu[42] ou ont été pillés[43] nous fait craindre pour l’avenir, d’autant plus que les lieux de mémoire consacrés à la Moselle en 1940-1944 sont tous en sursis. Le fort de Metz-Queuleu est fermé. Le musée de Tambow à Amnéville vivote, son fondateur nonagénaire n’ayant pas trouvé un successeur capable de l’animer. Le musée de la Résistance et de la Déportation à Thionville est sur la sellette dans le cadre du réaménagement du quartier gare. A terme, l’Espace-Mémoire pourrait devenir le seul endroit en Moselle où l’annexion par l’Allemagne nazie soit évoquée. Mais, rien ne garantit que ce lieu devienne pérenne. Alors dans ses statuts, il est indiqué qu’en cas de dissolution de l’Ascomémo, les Archives départementales de la Moselle seront l’héritière des collections, mais celles-ci ne seront intéressées que par la partie papier. Or une plaque de rue « Josef Burckel Strasse », témoin physique de cette époque tragique, a autant d’intérêt qu’une photo d’une rue germanisée. La dispersion de ce qui a été réuni et de ce qui va l’être encore serait dommageable. Quelle mesure prendre pour rendre cela impossible ? Seule une volonté politique forte comme celle qui a abouti à la création du musée de Gravelotte ou du mémorial de Schirmeck peut garantir la pérennité de cet Espace.

 

Philippe Wilmouth,

président d’Ascomémo,

doctorant à l’université de Metz et Strasbourg

sous la co-direction de MM Cochet et Grandhomme


[1]Verordnungsblatt, décret du 1er octobre 1940.

[2]Wir lernen deutsch devenu en novembre 1940 Wir sprechen deutsch.

[3]On peut citer en exemple : Diedenhofen (Thionville), Salzburgen (Château-Salins), Saarburg (Sarrebourg), Bolchen (Boulay), Saargemünd (Sarreguemines).

[4]Par exemple, la place de la République à Metz devient Adolf Hitler-Platz.

[5]La Metzer-Zeitung et la Deutsche Front remplacée par la NSZ Westmark.

[6]Par exemple, à Metz, le Poilu libérateur, les maréchaux Fabert et Ney disparaissent.

Le monument aux morts est modifié notamment avec l’inscription « Sie starben für das Reich » (Ils sont tombés pour le Reich).

[7]Critères du Kreisleiter de Thann, cités par Témoignage Chrétien, opus cité, p.26.

[8]NSZ Westmark, 30 août 1942, p.1.

[9]Philippe Wilmouth, Mémoires parallèles ;  Moselle-Alsace, de 1940 à nos jours, Metz,

éditions Serge Domini, 2012.

[10]Jules Anneser, Vautours sur la Lorraine, Metz, éditions Le Lorrain, 1948

[11]François Goldschmitt, Tragédie vécue par la population des marches de l’Est sous l’occupation

nazie, 4 tomes, Rech, chez l’auteur, 1947-1948. François Goldschmitt, Alsaciens et Lorrains à Dachau, 5 tomes, Sarreguemines, imprimerie Pierron, 1945-1947.

[12]On peut signaler : Dieter Wolfanger, Nazification de la Lorraine mosellane, Sarreguemines, éditions

Pierron, 1982, Société d’Histoire et d’Archéologie de la Lorraine, Moselle et Mosellans dans la seconde guerre mondiale, Metz, éditions Serpenoise, 1983, Pierre Rigoulot, L’Alsace-Lorraine pendant la guerre 1939-1945, Paris, éditions PUF, 1997.

[13]La seule thèse recensée est celle de Marcel Neigert, Internements et déportation en

Moselle 1940-1945, thèse de doctorat sous la direction d’Yves Le Moigne, université de Metz, 1978.

[14]Ascomémo, texte anonyme, p.6

[15]Pierre Nora, définition du mot « mémoire » dans le Grand Robert, Laffont, 1993.

Voir à ce sujet, Pierre Nora, Les lieux de mémoire, Paris, Gallimard, 1984.

[16]Jacques Gandebeuf, Le silence rompu, Metz, éditions Serpenoise, 2000, p. 33.

[17]Ascomémo : bulletin N°4 de l’ACMN « Malgré-Nous ».

[18]Almanach de l’Est Républicain, 1945, p.2.

[19]Jacques Gandebeuf, opus cité, p. 17.

[20]Jacques Gandebeuf, opus cité, p. 34.

[21]Par exemple, il faut attendre le 8 mai 2010 pour qu’une stèle des malgré-nous soit inaugurée en Moselle, à Sarreguemines, puis le 29 août 2010, une autre au cimetière de l’Est à Metz et le 11 novembre 2010, une troisième en l’honneur des 142 Thionvillois dans la nécropole nationale de Thionville.

[22]Jacques Gandebeuf, opus cité, pp.36-37.

[23]Jacques Gandebeuf, opus cité et La parole retrouvée, Serpenoise, Metz 1998.

[24]Ancien Sonderlager, ancien camp spécial de la Gestapo de Metz, ouvert du 12 octobre 1943 au 17 août 1944.

[25]En France, il existe plus de 70 musées de ce type. La plupart ont été créés dans les années 1980.

[26]Au 1er juillet 2014, il existe 96 numéros de ce bulletin diffusé à 350 exemplaires, envoyé aux membres et aux élus.

[27]Philippe Wilmouth, Chroniques de la Vallée de l’Orne dans la Deuxième Guerre mondiale et 50 kilos de bagages et 2 000 francs, Maizières-lès-Metz, imprimerie Koehl, 2001 et 2003 ; Grosshagendingen et Front Lorrain contre Front Populaire, Knutange, éditions Fensch-Vallée, 2005 et 2006 ; Les camps de prisonniers de guerre en Moselle 1940-1948 et Les camps d’internement de Metz-Queuleu 1943-1946, St-Cyr/Loire, éditions Sutton, 2009 et 2011 ; Mémoires parallèles, Moselle-Alsace de 1940 à nos jours, Metz, éditions Serge Domini, 2012.

[28]L’association a prêté des documents pour les documentaires « Eloge d’une Résistance oubliée » d’Hervé Lachize , « De gré ou de force » de Bruno Cohen, «Flick, un traumatisme allemand » pour ARD-Arté, « Trou de Mémoire » et « La Moselle éclatée » de Dominique Hennequin, « Le procès des Malgré-Nous » de Nicolas Lévy pour France 5… Le président est également intervenu dans ces documentaires.

[30]Les hommes représentent 82% des membres. Si, majoritairement, l’essentiel de ses membres habite dans l’Ouest du département, depuis le livre « La bataille du 14 juin 1940 dans la Trouée de la Sarre » et les interventions de Philippe Keuer, spécialiste de la ligne Maginot dite « aquatique », les membres de l’Est du département sont de plus en plus nombreux. Elle compte aussi une cinquantaine de membres hors du département, essentiellement des expatriés de Moselle, ainsi qu’une dizaine d’étrangers.

[31]Très vite l’association se tourne naturellement vers les associations patriotiques pour obtenir des soutiens. Seuls l’association des Malgré-Nous et son président Charles Spitz, puis Louis Harig, soutiennent l’action de l’ascomémo, ce qui, un temps, lui est préjudiciable, car elle est perçue comme une association de défense des incorporés de force, alors même que l’association s’évertue à faire connaître tous les drames de l’annexion, la problématique de l’incorporation de force étant pour elle un de ces drames. Par la suite, l’association de déportés FNDIRP s’est ralliée à sa cause. Au final, c’est peu alors qu’Ascomémo peut être une opportunité pour la pérennité de cette mémoire qui s’étiole avec les années. La rencontre avec André Servaux, président de la Fédération Nationale André Maginot de la Meuse, puis avec son successeur Henri Schwindt, ont permis à Ascomémo d’obtenir une aide financière précieuse et régulière depuis 1991.

[32]Hagondange depuis 1990, Mondelange depuis 1993, Moyeuvre-Grande depuis 1994, Metz de 1991 à 2001, Fameck de 1998 à 2001, Clouange depuis 2001, Rosselange depuis 2002, Vitry/Orne de 2002 à 2007, Trémery depuis 2007, Ay/Moselle depuis 2008, Farébersviller depuis 2008, Montoy-Flanville depuis 2008, Talange depuis 2009.

[33]Nous avons par exemple accueilli des chercheurs de l’université de Houston, Londres, Reims, Strasbourg et Metz mais surtout des lycéens pour les travaux pratiques encadrés (TPE) comptant pour le baccalauréat et des collégiens pour le Concours national de la Résistance et de la Déportation.

[34]En moyenne, une vingtaine de classes par an, du cours moyen et de 3e. En 2007, l’Espace-Mémoire reçoit l’agrément de l’Inspection de l’Education nationale.

[35]En moyenne, une vingtaine de groupes par an, la plupart étant des associations de retraités ou d’Histoire locale.

[36]Le 10 juin 1944, 39 habitants expulsés de Charly sont massacrés à Oradour/Glane avec 603 autres personnes.

[37]Le 3 juin 1944, une opération de représailles envers des réfractaires de ce village entraîne la déportation d’une centaine de ses habitants.

[38]L’association est dépositaire des archives de l’Association nationale des Malgré-nous, de l’association départementale des déportés UNADIF, d’une partie de l’association départementale de déportés FNDIRP ou de la Fédération des Anciens de Tambow…

[39]L’Espace a accueilli des visiteurs anglais, hollandais, belges, allemands, américains,… Un bus de Bretons a intégré la visite de l’Espace dans son parcours de dix  jours sur les traces d’un prisonnier de guerre en Allemagne.

[40]Philippe Leroy, président du Conseil général ; Mgr Raffin, évêque de Metz ; le gouverneur militaire de Metz,…

[41]Le 1er mai, le dernier dimanche d’août et pour la journée du Patrimoine en septembre.

[42]Par exemple le musée de Freyming-Merlebach. Ses collections ont été vendues aux enchères en 2013 en Allemagne… par la municipalité. 

[43]Comme les musées de Gravelotte et de Mars-la-Tour avant que le nouveau projet n’aboutisse.

 

  

 

[Accueil][Les Echos][Chroniques][Fonds][Expositions][Conférences][Ouvrages][Vieux papiers][Liens]

Copyright(c) 2005 ASCOMEMO. Roland Gautier  Tous droits réservés.

mailto:hbr99@sfr.fr

   marqueur eStat'Perso